"Churchs-interiors, architectural paintings 1580-1720" — "Kerken interieurs, architecturale schilderijen 1580-1720"

"Kirchen interiors, architektonische Malerei 1580-1720" — "Interiores de iglesias, pinturas arquitectónicas 1580-1720 

Pour acheter le livre

Pour acheter le livre, cliquez sur l'image

Langue : français

560 pages, 2300 illustrations couleurs et N/B

Coffret, jaquette, couverture cartonnée

CD/ROM

ISBN 97890-5325-337-3

Prix : €180,00

Site de l'éditeur : PANDORA

NOTE DE RECHERCHES SUR UN « CORTEGE FEMININ FLAMAND « 

 

 

On relève sur de nombreux tableaux Flamands de la période 1580-1620 une scène très typique : d’abord en tête une femme portant sur ses deux bras tendus légèrement en avant d’elle,  un voile généralement blanc, parfois de couleur. 

 

Elle est suivie de 4 ,6  ou 8 dames en cortège 2 par 2 . Ces dernières sont souvent revêtues d’une grande cape noire et portent souvent le chapeau typique anversois. 

1. S’agit-il d’un baptême, c’est la première idée qui vient à l’esprit ? Cependant :

  • La dame en tête porte quelque chose sur ses deux bras. En regardant de prés, on ne distingue pas « l’épaisseur et le volume minimum «  que représenterait un enfantelet, même de quelques jours.
  • Par contre, elle porte une sorte de voile clair (blanc ?) sur ses deux bras. Ce voile doit avoir une signification.
  • S’il représentait un baptême, pourquoi seulement des femmes dans le cortège (parfois 4, souvent 6 à 8) ? Il faudrait au moins un père et un parrain.
  • Sur certains tableaux, on voit une chapelle éclairée, un prêtre qui attend ( ?), on pourrait reconnaître éventuellement des fonds baptismaux.
  • Presque toujours précédées de 2 pages portant chacun un flambeau, qui éclairent la scène.
  • Il n’y a jamais de dais sur cette « file de dames ». Le dais semble à l’époque réservé à l’eucharistie et à l’extrême onction.
  • On ne retrouve cette scène que chez les peintres flamands (essentiellement les familles Stenwijck et Neeffs). IL s’agit souvent de peintures de la période : 1590-1630 environ .
  • Au point de vue époque, compte tenu des robes portées et des chapeaux (anversois), cette cérémonie se situerait à la fin du 16ème siècle et tout au début du 17ème.
  •  

2. S’agirait-il plus simplement d’une noble dame suivie de sa suite pour faire ses dévotions courantes ?

Cela se peut, mais pourquoi alors marquer l’événement par une représentation picturale couteuse à cette époque ?

Cette représentation doit avoir une raison importante d’ un évènement dans la vie de cette personne que l’on veut marquer .

 

3. Existerait-il à cette époque une sorte de prise de voile pour des non religieux :  des laïques qui sans entrer dans les Ordres seraient reçues officiellement  dans un « Béguinage «  ou autre institution de Charité  Hospitalière ou consacrée aux pauvres ? Il pourrait s’agir de Dames  veuves par exemple ou voulant se retirer de la vie « mondaine », et voulant faire vœux soit de pauvreté soit de se consacrer aux nécessiteux ?

 

 4.  On pourrait également imaginer qu’il s’agisse de la présentation du voile de mariée qui devrait recevoir une bénédiction particulière  avant le mariage ?

 

5.  Ce pourrait être l’entrée ou la sortie d’une église ou d’une cathédrale pour une " Messe de Relevailles" .

Cette cérémonie a été au cours des siècles très discutée . Elle consistait dans la liturgie catholique en une petite cérémonie qui a lieu à l’église quand une femme relève de couches et se rend pour la première fois à l’église. Selon les régions et les superstitions locales, depuis de nombreux siècles ( on la citait du temps de Guillaume le Conquérant ) elle présentait de nombreuses formes selon les régions : 

    • la femme s’agenouille à l’extérieur de l’église tenant un cierge allumé  et le prêtre vient la chercher  et la conduit à l’autel . 
    • Elle entre accompagnée et se dirige vers une chapelle où un prêtre dit une messe à son intention.
    • En Flandres vers les années 1600 si l’on considère que les tableaux des Steenwijck et des  Neeffs représentent cette cérémonie on trouve ainsi  une réponse aux nombreuses questions que l’on se pose . On explique ainsi une scène qui paraît difficile à justifier .

 Cette cérémonie  a été parfois interdite par certains évêchés vers 1660 . 

 

 6. la référence « M-xxxx . » portée sur chaque extrait de tableau renvoie au Catalogue succinct figurant dans l’ouvrage de Bernard G. Maillet : "La Peinture Architecturale dans les Ecoles du Nord  1580-1720"   paru chez Pandora Publishers  en Octobre 2012. Cet ouvrage comprenant la représentation de 2163 œuvres ayant pu être  identifiées 

Parmi celles –ci 

Ce petit cortège se retrouve par exemple sur les tableaux ci-après :

AVEMAN

M-062 

GRIMMER Abel 

M-0427

M-0431

M-0429

M-0453

M-0454

Il est évident que les extraits des tableaux présentés sont fonction de la qualité de la reproduction d’origine. Malheureusement certains sont peu clairs, mais la scène est toujours la même.

NEEFFS 

M-0659

M-0660 

M-0697

M-0703

M-0784 (sur le bas coté à gauche )

M-0787 (à gauche) (pas de prêtre !)

M-0788

 

M-0839 (au centre droit seulement 3 femmes)

NEEFFS Peter  I

M-0855

M-0859 (très typique, 8 femmes)

M-0862 (8 femmes dans la suite ?)

M-0876 (tableau ovale sur cuivre : 13 x 16)

M-0879 

M-0927 (en bas, à l’extrême gauche)

M-0933

M-0954 (costumes et robes beaucoup plus clairs, pas de chapeau anversois)

M-1039

STEENWIJCK

M-1179 (daté 1586)

M-1182 (daté 1586)

 

M-1183 (daté 1586)

M-1184

 M-1189

 

 

 

Au centre gauche : 6 femmes de la suite Un prêtre semble attendre dans une chapelle vers laquelle se dirige le petit groupe de femmes

 

 

 

M-1190

 

 

 

 

 

Tableau très proche du précédent. Il semble qu’il s’agit d’un voile qui vole au vent, peut- il y avoir un bébé dans les bras ?

 

M-1212

 

 

 

 

 

Il y a 2 cortèges différents, celui de gauche semble une famille qui rentre de la  messe, par contre celuide droite est celui qui nous intéresse

 

M-1220

Très  typique pour les recherches. Les 6 femmes de la suite portent le chapeau anversois du 16ème siècle la dame, devant, seule porte ou présente un voile blanc sur un drap orange ?

M-1254 A l’extrême gauche du tableau, un certain volume sur le bras ?

M-1260 A l’extrême droite du tableau (daté 1609)

  

M-1282 à la droite du tableau (daté 1615)

 

Dans la plupart des extraits ci-dessus la scène est vraiment identique . On pourrait sans doute en retrouver d’autres sur des peintures de l’époque .

Mais, de quelle cérémonie s’agit –il ? surtout si l’on sait que chacune de ces peintures à l’époque  représentait pour celui qui commandait cette œuvre un coût significatif.

Est-ce une repentance ? ou bien confirmer certains vœux, ou la célébration d’une coutume très importante à l’époque pour une femme venant d’accoucher qui retourne pour la première fois à l’église, cérémonie qui serait tombée en désuétude ou même parfois interdite  par certains évêchés : « La Messe de Relevailles « ?

Il semble donc qu’il s’agit de quelque chose d’une grande importance que l’on veut marquer et se souvenir ?  

 

Que pensez vous ?

Bernard G. Maillet, juillet 2013

Quelques documents en matière de relevailles :