"Churchs-interiors, architectural paintings 1580-1720" — "Kerken interieurs, architecturale schilderijen 1580-1720"

"Kirchen interiors, architektonische Malerei 1580-1720" — "Interiores de iglesias, pinturas arquitectónicas 1580-1720 

Pour acheter le livre

Pour acheter le livre, cliquez sur l'image

Langue : français

560 pages, 2300 illustrations couleurs et N/B

Coffret, jaquette, couverture cartonnée

CD/ROM

ISBN 97890-5325-337-3

Prix : €180,00

Site de l'éditeur : PANDORA



Dans cette section, vous pourrez trouver des articles qui parlent de notre livre.

Commentaire du Curator Beaux Arts de Budapest

A propos de l'Ouvrage vu de Budapest :

Codart 16 Septembre 2013

Publication: Intérieurs d'églises 1580-1720: La Peinture Architecturale des Écoles du Nord by Bernard G. Maillet

Monday, 16 September 2013

 

More than a century after Hans Jantzen's book, Das Niederlandishe Architecturbild was published (in 1909), a new book has been published on Architectural Painting in the low countries: Intérieurs d'églises 1580-1720 : La Peinture Architecturale des Écoles du Nord by Bernard G. Maillet

From the publisher's press release

As an art historian critic recently indicated, it has taken approximately a hundred years in order to find a book which is now able to give tangible content in terms of general references to the 1909 edition.

In fact, there has not been an exhaustive general study since Hans Jantzen’s work, with the exception of a few isolated monographic studies on major artists (Saenredam, de Witte, Grimmer...).

An enlightened enthusiast, Bernard G. MAILLET, has spent over more than 35 years doing extensive research in order to identify and list about 2163 work of art. This book provides the peculiar historical and political context to the religious wars and also explains the fundamental differences between the works of the painters from the Flanders region during the Counter Reformation and those from the northern Calvinist region.

The book and the catalogue are of a major interest for all the ancient art museum curators, the libraries, the specialized experts, the auction houses, all the great collectors and also for architectural paintings from the late 16th and the 17th century art amateurs.

You will also find on the inside of the back cover, a CD-ROM to accompany this publication which contains all of the 2163 individual fact sheets concerning the identified paintings in PDF format, providing access to superior image magnification (according to the quality of the photos) and 3 Excel tables that facilitate the research. It is a precious informatic tool that can also be used on your tablet. In the following website «www.interieurs-d-eglises.eu» a summary of the work is available under the «Accueil» tab and some articles, reflexions, critics are also available.

Intérieurs d'églises 1580-1720: La Peinture Architecturale des Écoles du Nord
Bernard G. Maillet
A monographic section with 80 half-page and full page illustrations. Text in french. A catalogue raisonné containing overs 2163 works with some 2000 illustrations.
Illustrated hard-cover binding, with dust jacket, presented in an illustrated box.
CD-ROM with the catalogue raisonné offered inside of the back cover.
ISBN 97890-5325-3373

 

La Tribune de l'Art

Article paru dans Historians of netherlandish art

HISTORIANS OF NETHERLANDISH ART

HNA Review of Books

Seventeenth-Century Flemish

Bernard G. Maillet, Pierre Loze, et al., Intérieurs d'Églises 1580-1720. La Peinture Architecturale dans les Écoles du Nord. Brussels: Pandora 2012. 560 pp, over 2000 b&w and color illus. With CD-ROM. ISBN 978-90-5325-337-3.

After many decades, research into late sixteenth, and early seventeenth-century Netherlandish architectural painting seems to be gaining in monumentum One reason for the long stagnation may have been Hans Jantzen’s book Das niederländische Architekturbild (Liepzig 1910), which for a long time not only was the only survey text in the field but also one of the most boring books in the history of art history. It has taken over a hundred years for a book to come out that appears to have the breath and content to succeed as a general reference work. It must be admitted that the large format and weighty tome by Bernard G. Maillet with the collaboration of Pierre Loze and others come as a surprise since none of the authors has uttered a word on the subject up to now.

Having collected material on the Netherlandish church interiors since the 1970s, Bernard G. Maillet presented his finding to The Association du Patrimoine Artistique  in Brussels where Dominique Vautier and Françoise Vigot revised the documentation, while Pierre Loze edited and prepared the catalogue raisonné of 2.163 entries for publication. The main part of the catalogue comprises lists of work by approximatively 30 architectural specialists (172-514), two shorter sections list approximatively 45 occasionnal painters of church interieurs as well as followers (498-538). The entries record technical information on ground, size, signature, date and collection, as well as some bibliographic references or sale records. Most catalogue numbers are illustrated. Within an artist’s work, paintings are grouped according to compositional aspects, making it somewhat cumbersome to locate the securely dated (signed or documented) works between the undated, less secure attributions or copies. An important addition to the printed volume is the CD-Rom, which contains the entire catalogue as pdf, allowing the reader/viewer to use the search function as well as offering better quality illustrations.

Two lengthy introductory texts by Pierre Loze precede the catalogue. One is an introduction to the history of the period, combined with general comments on the development of the pictorial genre in the context of the history of ideas (“Le contexte historique et géopolitique dans les Pays-Bas du Nord et du Sud”). Except for some comments on the influence of Rubens on baroque church interior in the Southern Netherlands, this part does not go beyond narrative fragments set side by side or ad hoc assumptions (readers of Seymour Slive’s and Hans Vlieghe’s introductions to their respective volumes in the Pelican History of Art mays safely skip this section of the book).

In the second introductory text, Loze presents the artist’s biographies in chronological order, divided into Northern and Southern Neetherlands. The reader’s hopes for a sharp division between biographical facts and later hearsay accounts as well as characterizations of an artist’s style at hand of securely attributed works will be disappointed. Unfortunately, there is no clear list of secure i.e authentically dated and signed pictures, on which to build a stylistic analysis in order to achieve a differenciation  in attributions.

Rather, the ideal of stylistic characterization is the elegant one-sentence synthesis à la Jacques Foucart who is repeatedly and favorably quoted. Moreover, the first parts of the book do not refer to the catalogue numbers so that one has to search individually for the illustrations in the catalogue part. This arrangement does not provide a well-rounded representation of individual manners of painting or technical peculiarities.

When it comes to methodology, there is some uncertainty in regard to dates in church interiors which should not always be understood as the date of the painting. This can be seen in a version of a view of Antwerp cathedral, wrongly attributed to Hendrick van Steenwijck The Elder, which more likely is by Sebastian Vrancx (100). A little later (106, 107) it is implied rather anachronistically that Abel Grimmer antedated a picture to claim the composition for himself. If a date in a church interior is not directly connected to the signature, it should not be interpreted as the date of the painting. There are paintings which besides containing definitive signatures and dates also display other dates. Thus dates in church interiors should only be read as “terminus post quem” (see T.Fusenig in Hans Vredeman de Vries und die Folgen,ed. By H. Borggrefe and V. Lüpkes, Marburg 2005, pp 143-149).

 

The high standard aimed at in offering a general overview as well as a diligence in the particulars is aptly formulated by Pierre Loze « L’étude approfondie de chacun de ces artistes et la reconstruction du catalogue complet de leur production connue à ce jour ont permis de réenvisager et de redistribuer des oeuvres que les études moographiques avaient mises à leur actif, et qui sont dues à des émules plus tardifs dont la carrière a été elle aussi très soigneusement étudiée ». (1) The in-depth investigation of each of these artists and the reconstruction of the complete catalogue of their known works have it made possible to re-evaluate works attributed to them in monographic treatments and to distribute them among followers whose careers have also been carefully researched”(10)Sadly, these high demands have not been entirely met.

This can be shown in the case of two painters from the Holy Roman Empire : Wolfgang Avemann from Kassel, active in Nuremberg ca.1610, and Paul Juvenel who also worked in Nuremberg. The articles on Avemann in Oud-Holland (117,2004) and Dresdeneer Kunstbläter (4, 2006) are considered only incompletely or not at all. Avemann’s oeuvre (M-0055-70) is being obscured by unfounded attributions (M-55 : probably Paul Juvenel; M-57 : signature on this painting not mentioned; M-59 : Paul Vredeman de Vries; M-60 Pieter Neefs, with signature and high quality staffage; M-61 and M-62: more likely Pieter Neeffs; M-63 interesting early picture by B. van Bassen of 1615 (cf.M-130 and M-131); M-64: more likely Hendrick van Steenwijck the Younger with staffage from the cirecle of Jan Rrugehel the Elder; M-65, M-66, M-68, M-69, M,70:copies after a Van Steenwijck composition without any of Aveman’s stylistic characteristics; M-67: copy after a repeatedly documented composition by Van Steenwijck with staffage from the circle of Jan Brueghel the Elder; M-71: Hendrick van Steenwijck, with a date after Avemann’death shortly after 1620. On the other hand, well-founded attributions to Avemann are given to other artists (M-1296 and M-1318: as Hendrick van Steenwijck the Younger). 

Some of the works by Paul Juvenel who, the son of a Netherlander born in Dunkirk, worked in Nuremberg in the style of Van Steenwijck, are compiled in the section of the catalogue headed “Etrangers” (M-E-2158-2162). Apart from the fact that one of the paintings listed under his name (M-E-2160) could hardly be by him, his works occasionally appear under the names of others (M-109 as Hans J. Baden; M-467 : as Nicolas de Gyselaer; M-1006: as dubious Pieter Neeffs, M-O-2016: as “Ecole flamande”; possibly M-O-1970; as Rutger van Langevelt: possibly M-424: as Abel Grimmer).

Despite the large number of artists treated by Maillet, there are lacunae. For example, Sebastian Vrancx presumably plays a more important role in the development of Antwerp architectural painting than presented here. Although Vrancx appears with three works in the category “Occasionnels” (M-O-1996-1997; M-O-1998, hardly by Vrancx), this does not do justice to his special role in connection with the interiors views of Antwerp cathedral. His important composition is listed under several artists (M-1193 and M-1194: as Van Steenwijck the Elder; M-655 and M-661: as Pieter Neeffs the Elder). In the Northern Netherdland the role of Pieter van Boekhorst in Delft  remained to be further determined. Furthermore, an important perspective painter from Hamburg with Netherlandish influence is notably not represented. Instead, two of his works are mentioned under different attributions: M-313, as Jansz van Buesem and M-114, as Hans J. Baden (cf.T.Fusenig in : Hamburg. Eine Metropolenregion zwischen Früher Neuzeit und Aufklärung, ed. By J.A. Steiger and S.Richter, Berlin 2012)

However, the random samples of criticism enumerated here should not outweigh the enormous amount of material that is covered in this volume. There are again and again long stretches without any problems in attribution. The inspection and classification of paintings in museums and other collections as well as on the art market are impressive, offering many valuable discoveries, among them the first serious attempt since Jantzen know to me of a catalogue of the works of Pieter Neeffs, or the extensive documentation of copyist, such as Christian Stöcklin and Johann Morgenstern. This surprising, a little uncoordinated and in some details slightly irritating book ultimately constitutes a welcome expansion to our current knowledge of the field. Jantzen’s book has long been out of date in many details as well as general interpretation with its art-geographically hypostasized North-South division. Thanks to the strenuous efforts of Bernard G. Maillet and his team, we now have a work providing a large amount of material on which to base future research.

 

Thomas Fusenig

Essen

(translated in English by Kristin Belkin)

 

lien vers le site 

Traduction de l'Article paru dans Historians of netherlandish art

Après plusieurs  décades, les recherches sur la peinture architecturale des Pays-Bas de la fin des 16ème et 17ème siècles semblent avoir repris de l’élan.

La raison du long désintérêt  pourrait provenir du livre de Hans Jantzen Das nierderländische Architektur  (Liepzig 1910), qui fut pour longtemps non seulement la seule référence dans ce domaine, mais aussi un des livres le plus ennuyeux parmi les livres d’histoire de l’art.

Il a fallu environ une centaine d’années pour qu’apparaisse un livre qui ait le souffle et le contenu pour lui succéder en termes de référence générale. Il faut reconnaître que le livre de poids et de grand format de Bernard G. Maillet avec la collaboration de Pierre Loze et divers  autres arrive comme une surprise d’autant que les auteurs n’ont jusqu’à présent rien émis sur le sujet.

Ayant rassemblé de la documentation sur les Intérieurs d’églises hollandaises depuis 1970, Bernard G.Maillet a présenté ses découvertes à l’Association du Patrimoine Artistique, où Dominique Vautier et Françoise Vigot ont mis à jour la documentation, tandis que Pierre Loze a préparé pour l’édition le catalogue raisonné des 2.163 entrées.

La majeure partie du catalogue comprend les listes des œuvres d’environ 30 spécialistes de l’architecture (172-514), 2 sections plus courtes ont listé approximativement 45 peintres occasionnels d’intérieurs d’églises, ainsi que des suiveurs (498-538).

Les entrées recensent les informations techniques sur les support, dimensions, signature, date et localisation, ainsi que des références bibliographiques et des résultats de ventes aux enchères.

La plupart des numéros du catalogue sont illustrés.

Dans les œuvres d’un artiste, les tableaux sont regroupés selon des critères de composition, ce qui rend un peu difficile de distinguer les œuvres datées, signées ou documentées avec certitude parmi les œuvres non datées, moins documentées, attributions ou copies.

Un complément important au livre imprimé est le CD ROM qui regroupe au format PDF l’entier catalogue, permettant au  lecteur /spectateur d’utiliser la fonction recherche offrant une meilleure qualité d’image.

Le catalogue est précédé de deux longs textes de Pierre Loze.

Le premier est une introduction à l’histoire de la période, assortie d’un commentaire général sur le développement de la peinture de genre dans le contexte des idées de l’époque (« Le contexte historique et géopolitique dans les Pays-Bas du Nord et du Sud »).

Excepté quelques commentaires sur l’influence de Rubens sur les intérieurs d’églises baroques dans les Pays-Bas du Sud, cette partie ne va pas au delà d’écrits fragmentaires mis bout à bout ou d’affirmations ad hoc (Les lecteurs des introductions de Seymour Slive et Hans Vlieghe dans leurs volumes respectifs du Pelican History of Art peuvent facilement la sauter).

Dans le second texte, Pierre Loze présente les biographies des artistes dans l’ordre chronologique réparties entre ceux des Pays-Bas du Nord et du Sud.

Les espoirs des lecteurs de trouver une division nette entre les faits biographiques et les suppositions ultérieures ainsi que les caractérisations du style d’un artiste afin de lui attribuer ses œuvres avec certitude seront déçus.

Malheureusement, il n’y a pas de liste précise, par exemple des tableaux authentiquement datés et signés, sur lesquels bâtir une analyse stylistique afin de différencier les attributions.

L’idéal de la caractérisation est plutôt l’élégante synthèse d’une phrase à la Jacques Foucart cité favorablement et à plusieurs reprises.

De  plus, les premières parties du livre ne font pas référence aux numéros du catalogue, de sorte qu’il faut chercher soi-même les illustrations. Ceci ne procure pas une vision harmonieuse des procédés individuels de peinture ou des techniques particulières.

Pour en venir à la méthodologie, il y a une certaine incertitude concernant les dates des intérieurs qui ne doivent pas toujours être comprises comme la date de la peinture. Cela peut se voir dans une version de la cathédrale d’Anvers, faussement attribuée à Hendrick van Steenwijck le Vieux qui semble plus précisément de Sebastiaen Vrancx (100).

Un peu plus loin (106,107), il est suggéré de manière plutôt anachronique qu’Abel Grimmer a antidaté une peinture dans le but de se l’attribuer. Si une date dans un intérieur d’églises n’est pas directement relié à la signature, elle ne devrait pas être interprétée comme la date du tableau. Il existe des peintures qui en plus de contenir des signatures définitives et des dates affichent également d’autres dates. Ces dates dans les intérieurs d’églises devraient seulement être lues comme « terminus post quem » (voir T.Fusenig dans : Hans de Vries und die Folgen, ed.by H.Borggrefe and V Lüpkes, Marburg 2005, pp. 143-149).

Le haut niveau poursuivi en offrant une vue d’ensemble ainsi que les précisions dans les détails est justement formulé par Pierre Loze : « L’étude approfondi de chacun de ces artistes et la reconstruction du catalogue complet de leur production connue à ce jour ont permis de réenvisager et de redistribuer des œuvres que les études monographiques avaient mises à leur actif et qui sont dues à des émules plus tardifs, dont la carrière a été elle  aussi très soigneusement étudiée ». 

Malheureusement ces exigences élevées n’ont pas été entièrement satisfaites.

Ceci peut être démontré dans le cas de deux peintres du Saint Empire Romain : Wolfgang Avemann de Kassel actif à Nuremberg ca 1610, et Paul Juvenel également actif à Nuremberg. Les articles sur Avemann dans Oud-Holland (117,2004) et Dresdener Kunstblätter (4,2006) ont été incomplètement pris en compte sinon pas du tout.

 L’œuvre d’Avemann(M-0055-70) a été masquée par des attributions infondées (M-55 : probablement Paul Juvenel ; M-57 : signature sur cette peinture pas mentionnée ; M-59 : Paul Vredeman de Vries ; M-60 : Pieter Neeffs, avec signature et personnages de bonne qualité ; M-61 et M-62 : plus probablement Pieter Neeffs ; M-63 intéressante peinture de jeunesse de Van Bassen de 1615 (cf. M-130et M-131) ; M-164 plus probablement Hendrick van Steenwijck le Jeune avec personnages de l’entourage de Jan Brueghel le Vieux ; M-65, M-66, M-68 ; m_69, M-70 : copies d’après une composition de Van Steewijck sans aucune caractéristique du style d’Avemann ; M-67 : copie d’après une composition étudiée à maintes reprises de Van Steenwijck avec personnages de l’entourage de Jan Brueghel le Vieux ; M-71 : Hendrick Van Steenwijck portant une date postérieure à la mort d’Avemann peu après 1620. D’un autre coté, des attributions bien fondées d’Avemann ont été données à d’autres artistes (M-1269 et M-1318) :mentionnées comme Hendrick van Steenwijck le Jeune.

Quelques œuvres de Paul Juvenel, qui fils d’un Néerlandais né à Dunkirk, a travaillé à Nuremberg dans le style de Van Steenwijck est enregistré dans la section du catalogue intitulée « Etrangers » (M-E-2158-2162). À  part le fait que l’une des peintures figurant sous son nom (M-E-2160) peut difficilement lui être attribuée, ses œuvres apparaissent occasionellement sous d’autres noms (M-109 : comme Hans J. Baden ; M-467 : comme Nicolas de Gyselaer ;M-1006 comme peut-être Pieter Neefs ; M-O-2016 : comme « Ecole flamande » ; peut-être M-O1970  comme Rutger van Langevelt ; peut-être M-424 : comme Abel Grimmer).

Nonobstant le grand nombre d’artistes traités par Maillet, il y a des lacunes. Par exemple, Sebastien Vrancx joue probablement un rôle plus important dans le développement de la peinture architecturale d’Anvers qu’indiqué ici.

Bien que Vrancx apparaisse avec 3 œuvres dans la catégorie « Occasionnels » (M-O-1996-1997 ; M-O-1998, peu probablement Vrancx) cela ne rend pas justice à son rôle particulier en relation avec les vues intérieures de la cathédrale d’Anvers. Son oeuvre importante parait sous le nom de plusieurs artistes  (M-1193 et M-1194 :comme Van Steenwijck le Vieux ; M-655 et M-661 : comme Pieter Neeffs le Vieux). 

Dans les Pays-Bas du Nord, le rôle de Pieter van Boeckhorst à Delft demeure à déterminer ultérieurement.

Olus encore, un important peintre de perspective de Hamburg avec une influence néerlandaise est notablement ignoré. De plus, deux de ses œuvres sont mentionnés sous différentes attributions : M-313 comme Jansz van Buesem et M-114 comme Hans J. Baden (cf. T . Fusenig in : Hamburg. Eine Metropoleuregion zwischen Früher Neuzeit aun Aufklärung. ed.by J.A.Steiger and S.Richter, Berlin 2012).

Néanmoins, ces critiques d’exemples au hasard énumérés ci-dessus ne doivent pas occulter l’énorme quantité de matériel (documentation ? données ?) couverts dans ce volume.

Il y a encore et encore de longs développement sans aucun problème d’attribution. L’examen et la classification des tableaux dans les musées et autres collections aussi bien que sur le marché de l’art sont impressionnants, offrant de nombreuses et précieuses découvertes, parmi le premier sérieux essai connu de moi depuis Jantzen de catalogue des œuvres de Pieter Neeffs ou de l’étendue de la documentation sur les copistes tels que Christian Stöcklin et Johann Morgenstern.

Ce livre surprenant, un peu désordonné et par certains détails légèrement irritant, constitue finalement un développement bienvenu de nos connaissances actuelles dans ce domaine.

Le livre de Jantzen a été depuis longtemps dépassé dans de nombreux détails aussi bien que dans l’interprétation générale de la division géographiquement erronée de l’art Nord-Sud.

Grace aux efforts acharnés de Bernard G. Maillet et de son équipe , nous avons maintenant une grande quantité de matériel comme base pour nos futures recherches.  

  

Thomas Fusenig

Essen

(Traduction Kristin Belkin)

Article paru dans le Nouvel Observateur

Article paru dans Le Barreau de France